Tahar Hammami (1947 – 2009)

hammami_2

Poète, universitaire et militant pour la démocratie en Tunisie, disparu le 12 Mai 2009.

 

Le grand poète tunisien, Tahar Hammami vient de nous quitter à l’âge de 62 ans. A peine admis à la retraite et surpris par la maladie alors qu’il était en visite auprès de sa fille établie en Espagne, il a succombé aux soins d’urgence.

 

Originaire du village d’El Aroussa (Bou Arada), Gouvernorat de Séliana, il était titulaire d’un doctorat des lettres arabes et professeur à la faculté des lettres à l’Université de la Manouba. Il était le cofondateur, avec  Habib Zannnad, du mouvement littéraire, Ettaliaa El Adabiya (l’Avant-Garde littéraire) qui prônait, notamment, l’abandon des règles de la versification et qui avait connu son heure de gloire dans les années 60 et 70. Poète prolifique avant tout, mais aussi essayiste, on lui devait, des recueils et des articles publiés dans la presse nationale et arabe. Dans son dernier ouvrage, publié en mars 2009, il avait critiqué l’institution du mariage qui consacrait, selon lui, l’infériorité du statut de la femme.

 

Son poème le plus connu, « Je vois le palmier marcher » (Ara Ennakhl  yamchi) a été composé et interprété par le chanteur engagé, Mohamed Bhar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *