Lotfi Bouchnak

lotfi bouchnak3

Lotfi Bouchnak (لطفي بوشناق), également orthographié Lotfi Bouchnaq, (né en 1952 à Tunis – ) est un chanteur, oudiste confirmé et compositeur tunisien issu de La Rachidia. Il est également ambassadeur de la paix auprès de l’ONU depuis le 12 juillet 2004 et ambassadeur honorifique du Festival de la chanson orientale à Sarajevo depuis mars 2004. Il a contribué à redonner les lettres de noblesse à la musique, à une époque où la scène musicale arabe souffrait de légèreté.

 

 

Il se produit régulièrement et à guichets fermés  à l’Opéra du Caire depuis 1992. Cet artiste doté de capacités vocales exceptionnelles a développé un style d’interprétations bien particulier avec une très grande présence sur scène. Bouchnak chante avec raffinement le malouf tunisien néo-traditionnel tunisien. Il récupère des éléments mélodico-rythmiques constitutifs et caractéristiques du patrimoine musical de son pays en mettant en place des mélodies nouvelles qui traduisent nettement une spécificité.

 

Ambassadeur de la chanson tunisienne par excellence, Lotfi Bouchnak n’arrête pas depuis des années de parcourir les scènes les plus prestigieuses dans le monde entier. Il fait le bonheur des mélomanes qui apprécient la puissance de sa voix et la qualité de sa musique. Autodidacte, il produit ses propres chansons tout seul et se reproduit partout dans le monde car son plus grand soucis est de rester gravé dans les mémoires et c’est ça qui fait sa différence.

 

Biographie et évolution musicale

 

Malgré qu’il ne fut pas élevé dans un milieu hostile à la musique : «L’ambiance à la maison n’était pas favorable à l’épanouissement de mon âme de musicien; mais quand on naît artiste, on ne peut pas se résoudre à s’exprimer autrement», a-t-il un jour déclaré. Il s’intéresse à la musique dès son jeune âge et c’est un grand admirateur de la diva égyptienne Oum Kalthoum.

 

IL a débuté sa carrière en autodidacte dans les années 70 en Tunisie.  Il a fait partie de la « Jeunesse musicale tunisienne », une troupe d’amateurs dans laquelle il a pu pratiquer le chant. Il  améliorera la technique plus tard avec le grand maître Ali Sriti qui pendant plus d’un demi-siècle futle témoin du mouvement de renaissance musicale en Tunisie et plus tard avec Mohammed Azouze.

 

Artiste entier, passionné, interprète audacieux du malouf tunisien, joueur d’oud inspiré, il se consacre principalement à l’exécution du répertoire classique arabe de tradition savante.

 

En 1979, il a 27 ans quand Ahmed Sidki lui compose la chanson qui doit le consacrer comme artiste. Il enchaîne par la suite avec des artistes connus comme le prestigieux chanteur et compositeur égyptien Sayed Mekawi, l’irakien Fathallah Ahmed et Anouar Brahem. Il commence sa carrière de compositeur vers le milieu des années 80 et sa popularité grandit dans le monde arabe. La qualité et la puissance de sa voix et la force de ses improvisations font l’unanimité, ce qui lui vaut le titre d’ambassadeur de la musique arabe. Il se produit régulièrement à l’opéra du Caire depuis 1992.

 

En 2006, il clôt le Festival international de Carthage et sa prestation est selon La Presse de Tunisie, « un concert qu’on n’est pas prêt d’oublier. ». Il s’est produit le 12 août de la même année au Théâtre Royal de Marrakech, dans le cadre d’une grande soirée musicale organisée en signe de solidarité avec les peuples palestinien et libanais, victimes des atrocités et de multiples opérations musclées de l’armée israélienne.

 

Il reçoit plusieurs prix dont le titre de meilleur chanteur arabe en 1997 à Washington. Au début des années 1990, une collaboration ponctuelle avec l’Ensemble Al-Kindî considéré comme l’une des meilleures formation de musique savante arabe profanes ou sacrées contribue à le faire connaître du public européen.


 

En juillet 2007, Lotfi Bouchnak est primé au Maroc dans le cadre du Festival des arts populaires, et reçoit le Rabab d’or, prix récompensant l’ensemble de sa carrière s’ajoute à la liste des prix internationaux qu’il a déjà gagnés, comme celui de l’Opéra du Caire ou encore de l’Institut du Monde Arabe à Paris. La cérémonie a été suivie d’un concert de 3 heures où le public s’est laissé envoûter par le malouf raffiné du ténor. 

 

Sa voix puissante et satinée redonne ses lettres de noblesse à son art qui puise ses origines dans les traditions andalouses et ottomanes aussi bien en Tunisie que dans tout le monde arabe comme en témoignent d’ailleurs ses grands concerts qui attirent les mélomanes les plus exigeants. Il a développé un style d’interprétation bien particulier et possède une très grande présence sur scène.


 

Bouchnak, qui parcourt le monde en véritable ambassadeur de la musique tunisienneet arabe, s’est déjà produit sur les plus grandes scènes arabes et internationales a même joué au Japon et en Corée.  Il écrit une chanson pour Cheb Khaled et des titres pour le groupe de rap marseillais IAM. Afin de veiller à la bonne exécution de ses arrangements musicaux, il a même mis en place son propre studio d’enregistrement: Midophone.

http://musique.arabe.over-blog.com/article-15995846.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *