Hédi Jouini (1909 – 1990)

jouini2

Hedi Jouini, الهادي الجويني (né en 1909 à Bab Jedid à Tunis – décédé le 2 décembre 1990), est un chanteur, oudiste et compositeur tunisien.

  Il  a joui d’une grande réputation en exécutant de nombreuses compositions d’œuvres instrumentales et vocales dans différentes formes musicales. Ses airs et chansons sont parfois inspirés de la musique flamenco. Hédi Jouini est un des rares compositeurs non-égyptiens à recevoir l’hommage de ses grands homologues lors de son passage au Caire en 1950. Il est bien plus qu’un artiste tunisien ou arabe et se révèle sur la scène internationale lors de ses longs et réguliers séjours à Paris. Il a également été directeur artistique de l’orchestre national de la radio tunisienne entre 1957 et 1987     

Durant sa longue carrière, il a composé près de 1070 chansons et 56 opérettes.     

 

Biographie et évolution musicale

D’après un témoignage de son fils, Naoufel, il reçoit tout d’abord une éducation religieuse qui l’initie à la musique sacrée, mais il trouve bientôt un refuge et un épanouissement dans l’apprentissage du luth (oud).  Très jeune, Mohamed Hédi Ben Abdessalem Ben Ahmed Ben Hassine  manifeste un intérêt remarquable pour la musique qui lui fait intégrer la fanfare locale, la Hsinia, où il apprend à jouer du piston. Cependant, cet instrument ne correspond pas à sa réelle sensualité musicale qui s’éveillera plus tard  au Théâtre municipal de Tunis alors qu’il assiste à un concert donné par Farid Ghosn, grand joueur de luth des années 1930.    

 

Après un bref séjour à La Rachidia, Jouini commence à se produire, dès l’âge de 16 ans, dans de petites formations locales en qualité de joueur de mandoline. Mais c’est Mouni Jebali, père de Maurice Mimoun, qui l’initie au luth arabe.    

À l’âge de 20 ans, il accroit sa popularité et chante avec la troupe Arruqi à Bab Souika. Il fait également partie des artistes de Taht Essour, café autour duquel se tient toute une école de poètes, de paroliers et de chansonniers.    

 

C’est à cet endroit qu’il compose la plus grande partie de ses œuvres estimées à 600 titres environ. D’ailleurs, comme tous les artistes de Taht Essour, il aborde presque tous les genres connus à l’époque : des chansons légères, des mouachahats, des adwars, du folklore tunisien, des opérettes, des musiques de film, des chants nationaux et des takasims oud. Il travaille aussi avec Mahmoud Bayrem Ettounsi.     

 

En 1946, il rencontre la culture et l’art français qui l’inspireront tout au long de sa vie.   En 1966, Hedi Jouini est élevé au grade d’officier de l’Ordre de la République par le président Habib Bourguiba. Il reçoit alors les félicitations du président de la SACEM, Georges Auric, et de tous les membres de son conseil d’administration. En 1982, il est à nouveau décoré par le président Bourguiba pour l’ensemble de son œuvre et pour sa contribution à l’enrichissement du patrimoine culturel tunisien.   

 

En 1986, il produit sa dernière composition Masbarnech. Un an après, en 1987, Jouini effectue sa dernière apparition en public sur les planches du Festival de Carthage.      

Lamouni elli gharou mini est un  des titres majeurs qui popularisa Jouini au niveau international. Nombreux oubient que cette chanson fut écrite   en arabe et en hébreu par Acher Mizrahi,  célèbre pour sa voix, son oud, ses mélodies aux accents proche-orientaux, son humour, son affabilité et ses rapports cordiaux avec toutes les communautés qui vivaient côte à côte à Tunis dans un esprit de tolérance exemplaire.    

 

En 2008, la Tunisie se prépare à fêter le centenaire de la naissance de Hédi Jouini qui sera célébré en 2009 à travers diverses manifestations culturelle tant en Tunisie qu’à Paris. La sortie  du Livre «Hédi Jouini: la trace d’un géant»; une exposition rétrospective (250 photos) sur son parcours ; projections de films; débats; concerts….   

 

Pour plus d’informations voir le site « Musique arabe » (ici)  


 Par ailleurs, à l’occasion du centenaire de la naissance de Hédi Jouini, l’IMA (Institut du Monde Arabe) organise à Paris jusqu’au 27 décembre une expo photos sur la vie du grand chanteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *